Comment se passe le don de moelle osseuse ?

Qu’est-ce que la moelle osseuse ?

La moelle osseuse est un tissu qui fabrique l’ensemble de nos cellules sanguines tout le long de notre vie, nos globules rouges, nos globules blanc, nos plaquettes sanguines et qui permettent de régénérer en permanence notre sang. Chaque année en France, 2000 patients ont besoin d’une greffe de moelle osseuse à partir d’un donneur non apparenté. Cela signifie que ces patients n’ont pas dans leur famille, dans leur fratrie, un donneur compatible et donc ils ont besoin, pour pouvoir bénéficier d’une greffe, d’un donneur inscrit volontaire sur un fichier de donneur de moelle osseuse.

Dans quels cas a-t-on besoin d’un don de moelle osseuse ?

Pour 80% des cas, ce sont des maladies de la moelle osseuse, de leucémies et avec un taux de réussite dans 60% des cas. L’absence de défenses immunitaires (ex : enfants-bulles) requiert également de changer la moelle osseuse. Enfin, les aplasies médullaires, cas où la moelle ne fabrique plus aucune cellule et enfin une infime partie de malades qui ont une drépanocytose ou une thalassémie qui pourraient bénéficier dans certains cas d’une greffe de moelle osseuse.

Les conditions pour donner sa moelle osseuse

Qui peut donner sa moelle osseuse ? Ce sont des personnes qui vont s’inscrire sur un fichier international qui comprend des milliers de personnes. Il faut être âgé de 18 à 50 ans, ne pas présenter de pathologie chronique, de maladie grave, sévère (maladie cardiaque, diabète, asthme etc.). La personne qui s’inscrit va avoir un interrogatoire médical poussé et notamment un grand nombre de tests biologiques afin de présenter s’il ne présente pas un risque pour lui-même ni pour le receveur.

Le don de moelle est un don anonyme, le donneur et le patient ne se connaîtront jamais.

La recherche de compatibilité

S’il n’y a pas de contre-indication à la suite de l’entretien, le donneur ira en salle de prélèvement, une infirmière prélèvera deux tubes de sang, le plus souvent au pli du coude pour permettre de faire la recherche des groupes tissulaires. Parce que pour la compatibilité entre malades et donneurs, on va s’attacher à la compatibilité entre les tissus et non pas celle sur les groupes sanguins.

Le don de moelle osseuse est géré en France par l’agence de la biomédecine qui a en son sein ce registre des donneurs de moelle osseuse et qui a la responsabilité de rechercher, pour tout patient en atteinte de greffe, un donneur compatible. On interroge l’ensemble des fichiers, en premier lieu le fichier français. Si par contre on ne trouve pas dans notre propre fichier national, on va étendre la recherche à l’ensemble des registres mondiaux pour tenter de trouver le donneur compatible c’est-à-dire génétiquement identique au patient qui lui permettra d’être greffé. On a une chance sur 4 de trouver un donneur compatible dans une fratrie mais on a une chance sur un million de trouver un donneur compatible dans le monde. Le donneur est unique, il a été sélectionné par un patient et parfois c’est le seul dans le monde.

Avant le don

Le jour où on va trouver une compatibilité entre un donneur et un receveur, on va rappeler le donneur parce que ça peut avoir lieu 5 ans, 10 ans après la première inscription. Un nouvel entretien médical sera nécessaire lors de la convocation du donneur car son état de santé aura pu évoluer et sa motivation aussi. Le donneur aura une rencontre avec un anesthésiste pour valider son aptitude à l’anesthésie générale. Il ira au tribunal de grande instance pour signer un consentement pour être sûr qu’il est bien informé et qu’il sait sur quel prélèvement il va s’engager et ensuite aura lieu le prélèvement.

Mode de prélèvement

Il y a deux modes de prélèvement :

Le prélèvement des cellules du bassin

Sous anesthésie générale, le prélèvement se fait en haut des fesses. On aspire avec une seringue et on prélève entre 700 ML et 1L de moelle osseuse. C’est un tissu vivant qui va se reconstituer rapidement donc on peut avoir des douleurs au réveil mais avec un antalgique, au bout de 5 jours c’est fini.

Le prélèvement des cellules souches périphériques

L’autre technique qui est maintenant fortement privilégiée, c’est ce qu’on appelle la technique d’aphérèse c’est-à-dire que par voie sanguine on va pouvoir collecter les cellules souches qui sont transitairement sorties de la moelle, qui circulent dans le sang et qui permettent d’obtenir un greffon. Pendant 4 jours, on va vous donner un médicament en sous-cutané , celui-ci va rentrer dans les os, agir sur les cellules souches de la moelle et les faire sortir dans le sang circulant. Comme il y en a beaucoup qui sont dans le sang circulant, on utilise un séparateur de cellules comparable aux appareils qu’on utilise pour prélever les plaquettes. Le sang du donneur rentre dans cette machine, on fait un tri en filtrant les cellules de la moelle, on les garde dans la poche pour faire le greffon et on rend au donneur les cellules qu’on ne veut pas, les globules rouges et les plaquettes. Là il faut compter deux matinées de 4 heures.

Ça n’est ni le donneur ni le médecin de l’EFS qui va déterminer quel type de don va être effectué, c’est le médecin greffeur en fonction du patient, de sa pathologie, de son état, qui préfèrera les cellules issues du bassin ou les cellules souches périphériques. Chacun a son avantage.

Après le don

Une fois le prélèvement terminé, la personne va recevoir un petit repas une fois qu’on sait qu’on a obtenu le bon nombre de cellules, il peut rentrer chez lui, se reposer et retrouver ses activités quasiment le lendemain. Deuxième cas, c’est qu’il manque un petit peu de cellules, dans ce cas-là le donneur est reprélevé le lendemain pour obtenir la greffe. Le donneur pourra donner une fois pour un patient. Après il ne pourra pas être sollicité pour un nouveau patient. Pourquoi ? Parce que quand on a donné sa moelle osseuse, on reste toujours en vigilance pour la patient pour lequel on a donné au cas où il faudrait rebooster la moelle après la greffe qui a été réalisée.

En France, 258 000 personnes sont inscrites et dans le monde dans 78 registres, au total il y a 28 millions d’inscrits dans le monde qui sont prêts à aider un patient à guérir.

Enfin, chaque année se tient la semaine de sensibilisation au don de moelle osseuse comme l'explique le docteur Manuel Hattinguais (13 mars cette année par exemple).