Les mécanismes du stress au travail

Quand nous nous sentons menacés, ou face à un enjeu important, nous sommes en état de stress. Le stress prépare notre corps à réagir mais il n’a pas les mêmes effets quand il est ponctuel ou quand il dure. 

Prenons le cas d’une situation de stress ponctuel : il nous arrive de transpirer, d’avoir le cœur qui bat…que se passe-t-il exactement ? Pour faire face à l’épreuve que nous percevons, notre corps sécrète des hormones, d’abord des catécholamines. Elles apportent de l’oxygène au cerveau, au corps, et aux muscles pour les mettre en action. Elles ont pour effet d’augmenter la fréquence cardiaque, la tension ou encore la température du corps. Puis, les glucocorticoïdes. On les appelle comme cela, car elles apportent de l’énergie sous forme de sucre, du glucose, aux principaux organes.

Quand il y a assez de ces hormones dans le corps, des récepteurs situés dans le cerveau ralentissent leur production. Cette réaction de l’organisme a permis de répondre à la situation stressante ; les symptômes disparaissent.

Mais il arrive que la situation de stress dure, ou s’intensifie. C’est ce que l’on appelle le stress chronique. Tous les jours, vous avez l’impression que ce que l’on vous demande de faire dépasse vos moyens. L’organisme fonctionne alors en sur-régime car pour résister dans la durée, le corps sécrète toujours plus d’hormones, et les récepteurs qui devraient les réguler sont débordés. Le cœur, les articulations sont sollicités en permanence, ils s’épuisent. En quelques jours apparaissent des troubles du sommeil et de la concentration. En quelques mois peuvent survenir des maux de dos, des maladies cardio-vasculaires ou encore des dépressions. Quand il dure, le stress a donc toujours un coût pour l’organisme des personnes qui le subissent. Mais aussi pour l’entreprise. S’interroger sur les sources de stress au travail, c’est une des premières étapes pour le prévenir, comme nous le rappelle le docteur Jean Charles Faivre Pierret